La bonne équipe ? Celle qui avance sans moi :)

C’est une semaine off qui vient de s’écouler : je l’ai passée avec ma fille de 20 mois. Alors autant vous dire que je n’ai pas beaucoup travaillé sur mon album, et j’avoue que je n’en avais pas non plus ni l’envie, ni la force ! La miss a une énergie folle, et je me suis souvent demandé ces derniers jours lequel de nous deux avait le plus besoin de se reposer pendant sa sieste 😉 Mais l’avantage d’une bonne équipe, c’est qu’elle avance même sans vous !

Heureusement, les autres travaillent…

En tous cas, pendant que je passais des journées magiques, des instants précieux entre les jeux, l’apprentissage et la découverte du monde… le projet avançait quand même : Ben est rentré de congés, et il a commencé à travailler les arrangements des trois derniers titres. Il devrait peaufiner tout ça cette semaine et comme les enregistrements des voix démarrent le 9 septembre, les instrus devraient être terminés cette semaine !

… et il va bien falloir que je m’y remette aussi !

Maintenant, la pression monte de mon côté. Il faut que je trouve du temps pour répéter, alors je profite de tous mes trajets en voiture pour mettre les playbacks à fond sur l’autoradio, et pour chanter dans mon auto ! En fait, j’essaie de me sentir à l’aise, de ne pas trop penser, et c’est ça qui est paradoxalement compliqué ! J’ai envie de bien faire, de passer de l’émotion, mais sans surjouer, d’être juste, de bien respirer… sauf que si je pense à tout ça en même temps, c’est sûr que je passe complètement à côté !

La minute Sciences cognitives

Comme je l’ai compris au détour d’une discussion avec Valentin, le jeune auxiliaire de vacances à mon bureau cet été et accessoirement étudiant en médecine, c’est une question d’entraînement et d’habitude. Une fois que toutes ces choses auxquelles je pense seront devenues des habitudes, c’est mon cervelet qui les gérera, et je n’aurai plus à les commander consciemment. C’est comme quand on apprend à conduire. Au début,on est tellement concentrés sur tout ce qu’on doit faire qu’on est incapable de chanter en même temps… et maintenant, je conduis sans y penser pendant que je m’entraîne à chanter 😉  Bref, à la fin de l’aventure, je pourrai donc conduire et chanter sans y penser.

Tout ça pour dire que plus je répéterai, et plus ça devrait bien se passer. Maintenant, j’attends de voir ce ça va donner une fois dans la cabine avec le casque sur les oreilles 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée, les champs obligatoires sont marqués d'un *